Toulouse : un arbre à micro-algues pour absorber le CO2

 

Temps de lecture : 5 min

 

Comment lutter contre la pollution des grandes villes de manière efficace ?
Au fil des années, les villes s’activent pour trouver de nouvelles solutions contre la pollution ambiante, devenue un véritable fléau des temps modernes.

Pour dépolluer l’air de Toulouse, un arbre d’un nouveau genre vient d’être installé sur les allées Jean Jaurès.
Capable de dépolluer l’atmosphère grâce à un principe de micro-algues, cet arbre, qui serait aussi efficace qu’un centaine d’arbres “classiques”, pourrait devenir une solution d’avenir pour les grandes villes.

Retour sur ce système écologique, qui fera peut-être bientôt partie du décor de nos villes, dans notre article de la semaine.

 

 

Un dispositif expérimental sur les Ramblas de Toulouse

Crédit : Kyanos Biotechnologies – Toulouse Métropole

 

Le 17 septembre dernier, c’est sur les Ramblas de Toulouse qu’un nouveau mobilier urbain à été installé : un “Arbre Algal” expérimental pour lutter contre la pollution.
Ce dispositif, qui allie innovation et écologie, a été imaginé par Kyanos Biotechnologies, une start-up Toulousaine spécialisée dans les solutions à base d’algues.

Cette structure expérimentale mesure plus de 5 mètres de haut et est équipée d’une cuve dans laquelle se trouvent les algues.
Le tronc de l’arbre est représenté par cette cuve cylindrique blanche, les branches sont des panneaux en bois et ses feuilles sont des plantes placées au sommet.

Concrètement, l’air est capturé et aspiré par le bas du dispositif, avant de remonter à l’aide d’une pompe en fines bulles jusqu’à la cuve où se trouvent les micro-algues. Celles-ci vont ensuite se nourrir des polluants et du dioxyde de carbone (CO2) présent dans l’air ambiant.
Une fois absorbé par ces micro-végétaux, le CO2 sera rejeté sous forme d’oxygène, grâce au principe de la photosynthèse.

 

 

Aussi efficace pour traiter le CO2 quune centaine darbres !

L’avantage principal du dispositif reste son format compact, allié à une performance impressionnante.
En effet, cet arbre algal serait aussi efficace qu’une forêt entière pour dépolluer l’air.
“Les micro-algues sont les premiers organismes à faire de la photosynthèse depuis des millénaires, nous reconstituons cette technologie”, a précisé Vinh Ly, cofondateur et président de la start-up, à France 3.

Les riverains ont également pu participer au projet en demandant l’ajout de bancs en bois, mais également de plantes pour décorer le dispositif.

Pour le moment il s’agit d’une expérimentation menée dans le but de vérifier sa capacité à traiter et à purifier 200 000 m3 d’air en un an, soit l’équivalent d’une centaine d’arbres réunis, et donc le traitement d’une tonne de CO2.

Pour améliorer les capacités de l’arbre, des panneaux solaires et des capteurs atmosphériques seront ajoutés au cours de l’année. Les capteurs installés sur les Ramblas permettront de confirmer son efficacité pour un futur déploiement à plus grande échelle.

Ce projet expérimental s’inscrit dans le cadre du projet de Smart City, programme de Toulouse Métropole, qui a cofinancé le dispositif.
À ses côtés : Climate-KIC, une communauté européenne de savoir et d’innovation qui œuvre pour une société prospère, inclusive et résiliante au climat, fondée sur une économie circulaire et zéro carbone. Le coût total du dispositif s’élève à 18 000 euros.

Lorsque les algues seront devenues trop grosses, elles seront retirées de la cuve, remplacées et serviront d’engrais pour utiliser leur bénéfice jusqu’au bout.

 

 

Toulouse à la pointe de linnovation et de lexpérimentation

Ce n’est pas la première expérimentation du genre pour Toulouse. En effet, courant 2019, la ville testait l’installation de canopées urbaines dans son quartier Saint-Cyprien. 

 

Crédit : Urban Canopée

Ces structures en matériaux composites accueillent des plantes pour lutter contre les ilots de chaleur.

Créées par une Start-up parisienne nommée “Urban Canopée”, ces structures végétalisées se présentent également comme des arbres et ont l’avantage d’avoir un minimum d’emprise au sol.

“L’idée est née après la canicule de 2006. Les villes sont de plus en plus denses et on ne peut pas mettre des arbres en pleine terre partout. Avec ce système de structure en matériau composite, quatre fois plus léger que l’acier, on a un minimum d’emprise au sol, à peine un mètre. Les plantes grimpantes peuvent recouvrir plus d’espaces à 4/5 mètres de haut et créer un îlot de fraîcheur”, explique Elodie Grimoin, la cofondatrice d’Urban Canopée.


// À (re)lire : [Project Vesta] Une ONG veut stocker le CO2 grâce à du sable vert” 

 

 

Kyanos Biotechnologies : une vision davenir basée sur les micro-algues

 

Avec ce nouveau projet innovant, Kyanos se diversifie sans pour autant abandonner son allier depuis sa création : l’algue.
Cette start-up spécialisée dans la production de micro-algues n’en est pas à ses débuts dans le développement des capacités et des avantages que représentent les micro-algues.

Fondée en janvier 2016 par Vinh Ly, ingénieur SupAéro et serial entrepreneur, Kyanos Biotechnologies a très vite intégrée le Centre Pierre Potier, la pépinière d’entreprise BioTech de Toulouse Métropole.
L’objectif de la start-up est alors de trouver une solution d’approvisionnement alimentaire durable face à l’augmentation de la population mondiale. Et c’est dans l’ “algue bleue” que l’entreprise va trouver sa réponse.

Cette micro-algue bleue, moins connue que la spiruline, possède de nombreuses vertus. Elle est particulièrement riche en protéines, détient des pouvoirs antioxydants, et pourrait même pallier à un régime vegan grâce à sa forte concentration en vitamine B12, notamment très présente dans les viandes.

Kyanos lance alors un processus de production de micro-algues qui permettrait de fournir la protéine végétale nouvelle génération dans le monde entier.
Cette micro-algue bleue qui ne mesure qu’un dixième de millimètres est cultivée dans des cuves lui permettant de doubler son volume tous les trois jours.

Après avoir lancé ses premières productions de compléments alimentaires basés sur la Spiruline ou encore la Chlorelle, l’entreprise décide de développer des compléments alimentaires grâce à sa culture de l’algue bleue, permettant de booster l’activité des neurones.
La Bio-Tech projette d’ouvrir sa première usine d’algue bleue au monde cette année, qui serait capable de produire 10 tonnes par an de son produit phare le “Pastel d’eau”, avec l’intention d’en faire un aliment d’avenir.

 

 

En 2015, Toulouse Métropole sest lancé dans un projet de Smart City avec lobjectif de construire avec les citoyens une ville intelligente du futur : plus fluide, conviviale, innovante, dynamique, attractive, responsable, durable.

Avec les canopées urbaines installées l’année dernière et cette nouvelle expérimentation innovante, Toulouse semble sur la bonne voie pour concevoir la ville intelligente de demain.

 

 

Prêt.e à rejoindre la Ruche ?
Cliquez-ici