Naval Group décroche le contrat de rénovation sur 5 ans des dix CMT français

 

Naval Group démarre l’année en beauté ! Dans un communiqué publié le 24 janvier dernier, le groupe industriel français a annoncé avoir remporté l’appel d’offres lancé par la Marine Nationale pour l’entretien des dix Chasseurs de Mines français du programme Chasseurs de Mines Tripartite (CMT).

Ce contrat de maintenance, qui court sur cinq ans concernera les arrêts techniques des sept Chasseurs de Mines brestois ainsi que des trois Chasseurs de Mines toulonnais.

On revient pour vous sur les détails de ce contrat dans notre article de la semaine.

 

Des Chasseurs de Minesconstruits dans les années 1980 par… Naval Group !

Le Chasseur de Mines M652 « Céphée » (ex-M919 Fuchsia belge, vendu à la France en 1993) à Brest

 

Les dix Chasseurs de Mines français concernés par ce contrat ont été construits par Naval Group entre 1981 et 1989, dans le cadre du programme Chasseurs de Mines Tripartite (CMT), un projet commun aux marines française, belge et néerlandaise, qui en avaient alors commandé respectivement 10, 10 et 15 exemplaires.

Pour rappel, un Chasseur de Mine est un navire de guerre utilisant un puissant sonar détectantles mines sous-marines, qu’il peut ensuite détruire à l’aide de charges explosives déposées par un robot sous-marin ou par des plongeurs démineurs.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les Chasseurs de Mines, n’hésitez pas à regarder la vidéo ci-dessous, publiée par la Marine Nationale française :

 

 

 

Naval Group : innovations et maintenance prédictive

 

Attribué par la Marine Nationale en décembre 2018 à Naval Group, le contrat (CMT 19) couvre tout d’abord l’ensemble des arrêts techniques à réaliser sur les dix CMT français, soit 42 arrêts techniques (8 majeurs et 34 intermédiaires) qui auront logiquement lieu dans les bases navales de Brest et de Toulon.

Durant ces arrêts techniques, plusieurs modifications seront également opérées sur les CMT français :

  • évolution des usines électriques,
  • ajout de frigos-air (système de refroidissement et d’air conditionné des navires),
  • poissons autopropulsés « PAP » (robots anti-mines sous-marins),
  • réfection des soutes à gazole, etc.

 

Pour la maintenance, Naval Group va utiliser des outils numériques afin de proposer des innovations en matière de maintenance intelligente et prédictive, en généralisant l’i-maintenance.

Dans son communiqué, Naval Group explique que « grâce à la mise en place de cette maintenance « intelligente » (IMS) à bord des navires, les activités de maintenance prédictive permettront une optimisation continue des prestations de soutien. Les données sont structurées puis stockées et constituent un historique du suivi en service des installations, avant d’être soumises à des systèmes algorithmiques puissants faisant ressortir les anomalies et points de surveillance. »

La FREMM Aquitaine est la première à avoir bénéficié de l’IMS en novembre 2018 à Brest.

 

FREMM Aquitaine – © Naval Group

 

En plus de la maintenance de ces dix CMT, le contrat porte également sur les opérations de retrait d’ici « quelques années », de deux Chasseurs de Mines, l’Orion (Toulon) et le Cassiopée (Brest).

Un contrat en or pour Naval Group, dont le montant total n’a toutefois pas été communiqué.

 

Le secteur Naval : terrain de jeu de Bee Engineering

 

Saviez-vous que chez Bee Engineering, la Navale tient une place importante ?

La relation entre Bee et la Navale a débuté avec l’ouverture de notre agence nantaise en 2013, puis s’est développéegrâce à la création d’un département dédié il y a un peu plus de deux ans, marqué par l’ouverture d’une autre agence à Saint Nazaire, au plus près des chantiers, où travaillent désormais une vingtaine de personnes.

Nous intervenons aussi bien sur des chantiers de construction de paquebots de tourisme que sur la construction de navires militaires, de projets de développement d’infrastructures portuaires ou encore d’énergies marines renouvelables.

Si vous voulez en savoir plus sur la Navale chez Bee Engineering, n’hésitez pas à lire cet article en cliquant ICI.

 

 

 

 

Prêt.e à rejoindre la Ruche ?
Cliquez-ici