«TGV du futur» : plus confortables, plus économiques, plus écologiques et moins chers !

 

Bien que l’actuel ministre de l’économie, Bruno Le Maire, avait déjà « vendu la mèche » en mars dernier, la SNCF vient de confirmer une commande record d’une centaine de nouveaux TGV !

« C’est une décision historique, car c’est la plus grosse commande de TGV jamais réalisée en France », confiait Guillaume Pépy, le patron de la SNCF, lors de l’officialisation de cette commande, actée en conseil d’administration le 26 juillet dernier.

Toutes les infos sur ces nouveaux TGV dans notre article.

 

Une commande record de 3 milliards d’euros pour Alstom !

 

 

Sans grande surprise, les futurs TGV seront construit par Alstom, le géant des transports ferroviaires, avec à la clé une commande de 3 milliards d’euros.

Une commande poussée par l’Etat français pour assurer les plans de charge des usines d’Alstom, dont il détient 20% du capital.

Une commande record qui s’explique aussi par le fait que la SNCF a été directement impliquée dans la conception des futures rames de TGV, les ingénieurs de la SNCF ayant, grâce à la mise en place d’un plateau commun, travaillés en collaboration directe avec ceux d’Alstom.

Le projet des nouveaux TGV a été initié en 2013 par Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif à l’époque. Ce dernier voulait alors « illustrer le savoir-faire français » en créant une véritable vitrine technologique. La SNCF voulait de son côté un TGV moins cher à produire et à entretenir.

Un pari réussi puisque Rachel Picard, responsable de l’activité TVG affirme que « Par rapport à la précédente génération de TGV, le coût d’acquisition est abaissé de 25 %, à 25 millions d’euros ». Notons toutefois qu’il faudra rajouter la modique somme de 1,6 millions d’euros supplémentaire par rame afin de mettre en place plusieurs options d’équipements visant à réduire par la suite les coûts de maintenance de près de 20%, grâce à une connexion de celle-ci à réseau internet dédié.

Ces nouvelles rames devraient également être plus écologiques, en consommant 30% d’énergie en moins et pourraient même récupérer de l’énergie dans les descentes.

Et il semblerait que la collaboration de la SNCF et d’Alstom ait porté ses fruits puisque ce ne sont pas moins de 50 brevets qui ont été déposés pour ces TGV du futur !

Le patron de la SNCF salue d’ailleurs « une sacrée prouesse industrielle » qui promet des TGV « plus confortables, plus économiques, plus écologiques et moins chers ».

Ce dernier y voit d’ailleurs une formidable opportunité et un argument de poids avant l’ouverture du marché ferroviaire français à la concurrence :

 

À quoi ressembleront les « TGV du futur » ?

 

Si cette cinquième génération de TGV ne surclassera pas ses prédécesseurs au niveau vitesse, avec 320 km/h en vitesse d’exploitation comme le TGV actuel, de nombreuses modifications ont été apportées, tant du point de vue design et esthétique que du  point de vue des équipements.


Augmentation de la capacité :

Tout d’abord, les dimensions des nouvelles motrices (locomotives) vont être réduites, ce qui va permettre l’ajout une voiture supplémentaire, soit neuf voitures au lieu de huit actuellement.

Ainsi la capacité des nouveaux TGV sera de 600 places (jusqu’à 740 places pour les TGV Ouigo) soit entre 50 et 100 places de plus que les TGV actuels.

L’aménagement se fera en duplex et un ascenseur pivotant permettra aux personnes en situation de handicap de monter à bord.

 

Rachel Picard précise toutefois que « L’espace dévolu à chaque passager reste inchangé, identique à ce qu’il est aujourd’hui dans les rames Océane » c’est-à-dire identique à la dernière version du TGV.

Il n’y aura plus de porte entre plateforme et wagon, les passagers pourront donc aller et venir à leur guise.

 

 

Plus de confort :

La SNCF promet aussi plus d’équipement et plus de confort.

Tout d’abord, elle s’engage à réduire considérablement le bruit à pleine vitesse, ce qui explique la suppression des portes entre wagons et plateformes.

Les nouvelles rames disposeront également de 10% de surfaces vitrées supplémentaires et, point non négligeable, la diffusion de l’air climatisé se fera désormais par le haut, et non plus depuis les ventilateurs situés sous les vitres, où nous avons l’habitude de poser nos coudes.

Les nouvelles rames intègreront également un réseau Wi-Fi pour permettre aux usagers de se connecter, notamment pour travailler.

Les plateformes entre les wagons seront d’ailleurs aménagées différemment pour pouvoir discuter et/ou travailler, notamment en 1ièreclasse.

 

 


Et côté design ?

 

Pour le moment, aucune information n’a été communiquée.

Cependant, le design et l’esthétique à l’intérieur des rames devraient être profondément modifiés. En effet, la SNCF a fait appel au japonais Oki Sato (agence Nendo), qui travaillera en collaboration avec l’une des filiales de la SNCF (Arep Designlab).

 

 

 

 

Un TGV modulable en une demi-journée !

 

La SNCF précise également que tous les sièges seront montés sur des rails, afin d’offrir plus de flexibilité quant à l’aménagement et la modification des espaces : « Nous nous donnons la capacité de changer l’aménagement intérieur sans tout déboulonner »

Il sera donc possible de transformer une voiture première classe en seconde classe en seulement une demi-journée. Un atout considérable, notamment en période de vacances.
Cette flexibilité permettra aussi de mieux faire évoluer les équipements dans le temps.

 

 

 

Mise en service à l’horizon 2023 !

 

Il faudra encore patienter quelques années pour monter à bord de ces « TGV du futur » ! En effet, avec un retard de cinq ans par rapport au calendrier initialement fixé, la première mise en circulation commerciale ne devrait pas se faire avant 2023.

Le temps pour Alstom d’achever la conception et de lancer la production dans ses usines françaises de Belfort (Bourgogne-Franche-Comté) et d’Aytré (près de La Rochelle).

 

 

 

 

Prêt.e à rejoindre la Ruche ?
Cliquez-ici

By |2018-11-21T10:08:18+00:00août 3rd, 2018|Actualités|0 Comments

About the Author: