La Chine déploie son train autonome le plus rapide du monde

 

A deux ans des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin, la Chine voit les choses en grand et continue d’innover.

Dernière révolution en date : le train autonome le plus rapide du monde !

En effet, le 9 janvier dernier la Chine a inauguré son nouveau train autonome sur une ligne historique qui reliera Pékin, la capitale chinoise ; à la ville de Zhangjiakou, dans le nord de la Chine, où se dérouleront les Jeux Olympiques d’hiver de 2022.

Ce nouveau train permettra à la Chine de réduire le temps de trajet entre les différents lieux qui accueilleront les épreuves des JO, certains se situant en effet à plusieurs centaines de kilomètres les uns des autres.

On fait le point pour vous dans notre article de la semaine.

 

« Fuxing » : le train autonome qui peut atteindre 350 km/h !

Crédit : Chine Nouvelle

Ce n’est pas la première fois que la Chine s’impose sur le marché du train à grande vitesse.
En effet, Pékin peut se targuer d’avoir déjà l’un des trains les plus rapides au monde : le « Transrapid ». Il relie l’aéroport de Pudong à la station de métro Longyang Road à une vitesse de pointe de 431 km/h.

La grande nouveauté ici ? Pas de conducteur à bord ! Le Fuxing est en effet entièrement autonome.

Ce nouveau train grande vitesse est équipé de la technologie Automatic Train Operation (ATO). Avec une vitesse maximale de 350 km/h, il sera capable en seulement 45 minutes d’emmener les touristes de Pékin aux pistes de ski où se dérouleront de nombreuses épreuves de la compétition sportive.
En 1909, lorsque fut inaugurée la ligne historique de Beijing-Zhangjiakou, c’est 8h qu’il fallait pour parcourir les 200km séparant les deux villes. Depuis, ce trajet a été amélioré mais jusqu’à aujourd’hui et avant Fuxing, il fallait encore 3 heures pour le réaliser
.

 

 

Les meilleures innovations pour marquer le coup pendant les JO

 

Cette avancée inédite s’inscrit dans le cadre des aménagements prévus pour les Jeux Olympiques d’hiver de 2022. Il s’agit pour la Chine de disposer à temps des meilleures infrastructures pour marquer les esprits et ainsi faire de cet événement un incontournable.

Evidemment, la vitesse du train sera contrôlée en fonction des arrêts desservis. De fait, si Fuxing doit s’arrêter à plusieurs gares avant son terminus, sa vitesse s’adaptera automatiquement et ne sera pas la même que si le train ne marquait pas d’arrêt avant son point final.

Afin d’assurer la sécurité des passagers, un employé de la China Railway Rolling Stock Corporation (CRRC), compagnie à l’origine de la conception du « Fuxing », se trouvera tout de même à bord. Il supervisera le bon déroulement du trajet dans la cabine de pilotage, du départ à l’arrivée.  
Sa présence se veut surtout rassurante, pour permettre à quelqu’un de qualifié d’être en mesure de prendre le relai en cas de dysfonctionnement. Mais les contributeurs au projet Fuxing l’affirment : le train sera capable de se déplacer, de réguler sa vitesse et de s’arrêter en gare seul, le tout sans nul besoin extérieur, que ce soit l’aide du pilote ou une autre.

 

 

Connectivité 5G et équipements High-Tech

 

Au-delà de sa rapidité, tout a également été pensé pour le confort desvoyageurs.
Le train dispose de multiples espaces de rangements spacieux. Grâce à eux, les voyageurs pourront transporter des affaires volumineuses : comme des équipements de ski, par exemple.

Du matériel high-tech dernier cri a également été déployé pour optimiser les services de Fuxing. Les voyageurs bénéficieront ainsi d’écrans tactiles installés sur chaque siège. De plus, la 5G à bord offrira une connexion internet optimale.

Par ailleurs, le train disposera d’un éclairage intelligent. Celui-ci lui permettra d’économiser son énergie.Des milliers de capteurs ont été mis en place, assurant la sécurité des passagers en temps réel. Des sièges amovibles facilitent l’accès aux passagers à mobilité réduite. Lors de leur arrivée dans les gares, les passagers pourront être orientés et enregistrés à l’aide de la reconnaissance faciale.  

Autre atoutde ce train autonome : une ponctualité sans pareille. C’est un point primordial, surtout pendant les Jeux Olympiques. Cela contentera autant les sportifs, que les touristes et les habitants.

Le train a réalisé plusieurs tests entre Pékin et Taizaicheng à la fin de l’année dernière. Ces essais avaient pour but de contrôler son fonctionnement et de revoir les éventuels dysfonctionnements avant le grand lancement prévu le 9 janvier dernier. La ligne de Fuxing compte 10 stations dont Badaling Changcheng, permettant l’accès à la Grande Muraille de Chine.

 

// À (re)lire : La SNCF sur les rails de l’hydrogène avec Alstom !

 

Rail chinois : source d’innovations

 

Depuis plusieurs années, la Chine travaille au déploiement d’un grand réseau ferroviaire pour désenclaver certains territoires et faciliter aux touristes les accès vers de nombreux lieux.

En ce sens, l’Empire du Milieu, comme on le surnomme, dispose désormais de près de 35 000 kilomètres de réseau.


En mai 2019, la compagnie China Railway Rolling Stock Corporation (CRRC), premier fournisseur mondial d’équipements de transport ferroviaire du territoire, présentait son tout nouveau projet. Il s’agissait d’un train à sustentation électromagnétique. Ce procédé utilise la Maglev,ouMagnetic Levitation; une technologie qui permet au train d’avancer en utilisant un coussin d’air à commande magnétique plutôt que des roues classiques, en contact avec les rails d’une voie ferrée. Avec une mise en route de ce projet prévue pour 2021, sans compter sur la vitesse de pointe de 600 km/h de laquelle on parlerait alors, la Chine montre plus que jamais son avance en matière de technologie ferroviaire.

 

La Maglev est déjà fonctionnelle à Changsha sur la ligne reliant l’aéroport international de Changsha-Huanghuaà la gare de Changsha-Sud. On la retrouve aussi à Pékin, sur une ligne de métro. Ce n’est pas tout. La CRRC a récemment remis en service deux lignes  jusqu’alors interdites. Elles circulent à une vitesse de 200 km/h et sont dotées d’un système ATO, similaire à celui du « Fuxing ».

C’est notamment grâce à la CRRC que l’Empire Céleste a atteint ce niveau dans le transport. D’une part, en quelques années à peine, la Chine a ainsi pu bâtir le plus grand réseau de trains à grande vitesse au monde. D’autre part, la compagnie lui a aussi permis d’équiper ses nombreuses métropoles de nouvelles lignes de métros. Ces innovations sont liées au développement du marché intérieur du pays, notamment le voyage intelligent. Néanmoins, l’ensemble de ces nouveautés reste axé sur le respectde l’environnement, la sécurité, la fiabilité et l’adaptabilité.

Des innovations actuellement bien loin de celles de la France. En effet, ce n’est qu’en 2023 que l’Hexagone prévoit, avec la SNCF, de tester des trains autonomes. Cet écart souligne la position de la Chine en tant que leader du secteur. Surtout que Fuxing lui donne encore une longueur d’avance face à la concurrence occidentale.


Vidéo de l’inauguration du train 

 

 

 

Prêt.e à rejoindre la Ruche ?
Cliquez-ici