Naval Energies partenaire d’Hitachi Zosen Corporation pour l’éolien flottant au Japon !

 

Dans un communiqué publié le 8 juillet dernier, Naval Energies, l’un des leaders desénergies marines renouvelables en France, a annoncé la création d’un partenariat avec la société japonaise Hitachi Zosen Corporation.

Conclu à la suite du récent déplacement du Président de la République française Emmanuel Macron et du Ministre de l’économie et des finances Bruno Lemaire, ce partenariat aura pour objectif de développer une filière industrielle de l’éolien flottant au Japon en faisant appel à la technologie et au savoir-faire de Naval Energies !

Retour sur les détails de ce partenariat ainsi que sur l’éolien flottant et ses avantages dans notre article de la semaine.

 

 

Un savoir-faire français !

 

Si le déplacement du Président français et de son ministre de l’Économie au Japon a sans doute pesé dans la balance, celui-ci étant mentionné directement dans le communiqué de Presse, c’est bel est bien grâce à son savoir-faire que Naval Energies a pu conclure ce partenariat.

En effet, cette filiale de Naval Group et de Bpifrance, spécialisée dans les énergies marines renouvelables, a su convaincre Hitachi Zosen Corporation grâce à la technologie de son flotteur semi-submersible.

Le développeur et industriel japonais, positionné sur le secteur des énergies renouvelables estime en effet que le flotteur développé par Naval Energies est l’un des meilleurs du marché, comme l’a expliqué Takashi Fujita, Directeur Général de la business Unit Eolien chez Hitachi Zosen, cité dans le communiqué : « Parmi tous les flotteurs développés dans le monde, nous considérons que le flotteur semi-submersible de Naval Energies, qui présente de nombreux atouts, est l’un des meilleurs du marché. Nous sommes ravis que Naval Energies participe avec nous à cette étude de faisabilité et nous espérons que Naval Energies et Hitachi Zosen contribueront au développement d’une filière industrielle de l’éolien flottant au Japon. ».

 

 

Une étude de faisabilité conjointe

 

La première étape de ce partenariat entre les deux industriels français et japonais consistera à effectuer une étude de faisabilité visant à “concevoir et construire conjointement des éoliennes flottantes d’une capacité de plusieurs centaines de mégawatts équipées de la solution de flotteurs semi-submersibles de Naval Energies au large des côtes japonaises”.

À terme, l’objectif est de développer conjointement une filière industrielle de l’éolien flottant au Japon.

 

 

Des conditions environnementales très favorables au Japon !

Si les projets éoliens en mer, y compris l’éolien flottant, ont globalement pris du retard en France, notamment freinés par l’action d’associations environnementales ou encore par le manque de financements, les conditions sont plus favorables au Japon.

Le président de Naval Energies, Laurent Schneider Maunoury, explique en effet que « les conditions environnementales au Japon sont très favorables à l’installation de cette technologie » avant d’ajouter « nous disposons de tout le savoir-faire nécessaire au développement local de cette nouvelle filière industrielle. Nous espérons que cette étape est la première d’une collaboration pérenne et fructueuse entre nos deux sociétés ».

Aucune date et aucun montant d’investissement n’ont pour l’heure été communiqués par les deux entreprises.

 

 

Flotteur semi-submersible : l’énergie du vent en mer !

 

Crédit : Naval Energies

 

Une éolienne flottante, reposant sur la photo ci-dessus sur le flotteur semi-submersible développé par Naval Energies, offre de nombreux avantages, tant sur le plan de l’efficacité que sur le plan environnemental.

Contrairement à l’éolienne offshore classique, appelée « éolienne posée » (en opposition à l’éolienne flottante) dont la fondation est directement fixée au fond marin, l’éolienne flottante s’appuie quant à elle sur une structure flottante (en béton, en acier ou avec un mélange hybride acier/béton) reliée au fond marin par un système d’encrage permettant de délimiter les mouvements.

 

Ce système novateur permet de :

 

  • Réduire les contraintes d’installation en profondeur et ainsi pouvoir installer les éoliennes flottantes plus loin des côtes, avec moins d’impact environnemental sur les fonds marins.
  • Installer ces éoliennes en pleine mer, où les vents marins sont plus puissants et constants permet d’améliorer la production énergétique.
  • Augmenter la distance d’installation par rapport aux côtes permet également de réduire considérablement l’impact visuel sur les paysages de notre beau pays, et donc supprimer partiellement ou totalement la pollution visuelle dénoncée par de nombreuses associations.


Avec un potentiel techniquement exploitable (PTE) de 3500 GW (50 GW  en France) dans le monde, l’éolien flottant constituerait le premier gisement d’énergie marine renouvelable pour l’avenir, loin devant l’éolien offshore posé.

Vous pouvez retrouver le communiqué de presse officiel de Naval Energies en cliquant ici.

 

Prêt.e à rejoindre la Ruche ?
Cliquez-ici