Megapack : l’immense batterie de Tesla destinée à soulager les réseaux électriques !

 

Après le Powerpack, une batterie évolutive haute-performance stockant l’énergie pour des utilisations commerciales, et le Powerwall, une batterie lithium-ion à usage domestique, Tesla lève le voile sur son nouveau projet de stockage d’énergie.

Nommée Megapack, cette immense batterie disposera d’une capacité impressionnante pour une distribution destinée aussi bien à des grands sites publics que privés.

Retour sur cette nouvelle innovation signée Tesla dans notre article de la semaine.

 

 

Une « super batterie » pour aider lors des pics de consommation d’électricité.

 

Crédit : Tesla

Dans un communiqué paru le 29 juillet dernier, Tesla a annoncé l’arrivée de sa nouvelle batterie à stockage massif visant à soutenir et soulager les réseaux électriques lors des pics de consommation d’électricité.

Le but est simple : fournir une grande capacité de stockage pour une électricité plus propre pour la planète.

Ce n’est pas la première fois que l’entreprise co-fondée par Elon Musk conçoit une batterie lithium-ion géante.

En effet, Megapack s’inspire directement d’un précédent projet, baptisé Hornsdale, développé en Australie du Sud et qui associait la technologie Powerpack, avec une batterie lithium-ion de 129 MWh, au parc éolien de Neoen.

Grâce à ce système, le Powerpack stockait l’énergie produite par le parc éolien avant de la redistribuer dans le réseau électrique peu fiable du pays pendant les heures de pointe.

Selon l’entreprise, cette solution aurait permis d’économiser près de 40 millions de dollars à l’Etat australien en un an. Mais avec Megapack, l’entreprisevoit plus loin et à plus grande échelle.

 

 

« Réaliser d’importantes économies de temps et d’argent par rapport aux autres systèmes de batterie et aux centrales à combustibles fossiles traditionnelles ».

 

La nouvelle batterie conçue donc sur le même modèle que le Powerpack augmentera de 60% sa densité énergétique. Les performances du Megapack permettront ainsi de « réaliser d’importantes économies de temps et d’argent par rapport aux autres systèmes de batterie et aux centrales à combustibles fossiles traditionnelles ».

Le Megapack apparaît comme une solution alternative aux centrales de production de pointe de gaz naturel.

Aujourd’hui, les centrales Peaker sont utilisées lorsque le réseau local de distribution (ou le réseau de distribution locale) n’est pas en mesure de fournir assez d’électricité, notamment dû au fait du réchauffement climatique et à la hausse de la population.

Le fonctionnement des ces usines à gaz naturel coûte des millions d’euros par jour. Qui plus est, elles apportent des solutions non respectueuses de l’environnement et sont loin d’être toujours efficaces.

Avec Megapack, les excédents d’énergie solaire ou éolienne pourront être stockés dans cette énorme batterie de manière à mieux appréhender les charges de pointe du réseau ou les problèmes techniques de celui-ci.

« Le Megapack peut également être connecté en courant continu à un réseau alimenté par des panneaux solaires, créant ainsi des centrales d’énergie renouvelable sans coupure », précise le communiqué de presse. La demande mondiale dans ce domaine étant de plus en plus élevée, les technologies développées se doivent de répondre au mieux aux besoins actuels.

 

Megapack : l’alternative durable aux problèmes d’énergie mondiaux ?

 

Chaque Megapack peut stocker jusqu’à 3 MWh et 1,5 MW de capacité d’onduleur. Avec ce nouveau dispositif, Tesla espère devenir une réelle alternative durable aux problèmes d’énergie dans le monde.

Un projet de mise en place de 400 Megapacks nommé Moss Landing est déjà en cours en Californie avec la société Pacific Gas & Electric Company (PG&E).

Avec une capacité de stockage atteignant les 1,2 GWh, le système pourra se remplir d’énergie verte durant les heures creuses avant de la redistribuer pendant les heures pleines. Tesla devra prouver l’apport bénéfique de ce projet en écartant totalement la centrale de gaz naturel située à proximité et qui fournissait jusqu’alors l’électricité locale.

Les Megapacks seront assemblés dans les usines Tesla avant d’être directement envoyés vers leur site sous la forme d’un grand conteneur.

L’entreprise assure pouvoir ainsi « déployer une centrale zéro émission de 250 MW et 1 GWh en moins de trois mois sur une superficie de 3 acres (12.140 m2) – soit quatre fois plus rapidement qu’une centrale à énergie fossile de cette taille ». Un timing serré mais ce défi pourrait cependant être relevé par l’entreprise qui avait déjà promis lors du lancement de son Powerpack de le déployer en 100 jours et qui avait réussi son pari. Tesla précise sur son blog que le Megapack « réduit considérablement la complexité du stockage par batterie à grande échelle et facilite l’installation et le processus de connexion ».

 

Crédit : Tesla

 

 

Afin de gérer ses installations et les Megapacks à distance, Tesla a mis au point deux logiciels dédiés. Le premier baptisé Powerhub, est une plate-forme de surveillance et de contrôle permettant de gérer le côté technique de l’installation.

Le second, nommé Autobidder, sera destiné à optimiser automatiquement les échanges de flux énergétiques. Grâce à cette dernière plate-forme, la batterie Megapack sera capable d’injecter plus de 100 GWh d’énergie sur le réseau. Ces logiciels continueront de recevoir régulièrement des mises à jour « over the air » de la même manière que les voitures produites par Tesla.

 

 

Prêt.e à rejoindre la Ruche ?
Cliquez-ici