[Énergie] Zoom sur la nouvelle centrale hydroélectrique souterraine dEDF

Temps de lecture : 5 min

 

EDF vient d’inaugurer le 9 octobre dernier sa nouvelle centrale hydroélectrique située à Romanche-Gavet, en Isère.

Ce projet titanesque, qui a nécessité une dizaine d’années de travaux dont la majeure partie a eu lieu sous terre, devrait permettre de produire l’équivalent de la consommation d’électricité annuelle de l’ensemble des habitants de Grenoble et de Chambéry, soit 230 000 habitants.

On fait le point sur le plus grand projet hydraulique de France dans notre article de la semaine.

 

 

Une installation complexe

 

Crédit : Christophe Huret / EDF

 

Ce projet ambitieux et de grande envergure a débuté en 2011 en Isère avec un groupement réunissant Spie Batignolles Génie Civil et Dodin Campenon Bernard pour construire la galerie souterraine.

Pour mener à bien ce projet, une galerie d’amenée (une voie de communication souterraine horizontale ou faiblement inclinée) a dû être creusée pour permettre le passage de l’eau chargée d’alimenter la nouvelle centrale.
Nous avons pour cela réalisé un barrage prise d’eau à Livet-et-Gavet, qui permet de diriger l’eau de la rivière dans une galerie de 10 km de long et 4,7 m de diamètre, creusée dans la montagne, en plein massif de Belledonne, grâce à deux énormes tunneliers de 200 m chacun”, explique Daniel Pierra, directeur du projet Romanche/Gavet à EDF.

Au-delà de cette galerie d’amenée immense, une multitude de galeries, une cheminée d’équilibre et un puits blindé ont également dû être réalisés.
Le groupe a également construit une usine de turbines de 74m de long, 16m de large et 35m de hauteur.
Au total, le groupement a excavé près de 310.000 m3 de roche pour ces galeries.

Un chantier qui a donc demandé du temps, mais a nécessité également l’utilisation de différentes techniques de creusement comme des explosifs, la technique du raise-boring, qui permet à une machine utilisée dans les mines souterraines de creuser un trou circulaire entre deux niveaux d’une mine sans explosif, ou encore l’utilisation des deux tunneliers.

Ce nouvel aménagement répond également à des enjeux d’accès plus sécurisé à la rivière grâce à une innovation unique en France : les dissipateurs d’énergie.
Ces dissipateurs ont été conçus et installés pour éviter les fortes variations de débit entre le barrage et la centrale et assurer une “sortie de secours sécurisée” de l’eau dans la rivière.
Ainsi, si l’eau n’est pas utilisée par la centrale, la rivière évitera un débit amplifié grâce à la dissipation de l’eau au préalable dans la galerie.

Ce fut un défi denvergure dun point de vue humain, technique et contractuel, relevé avec un très grand professionnalisme pour tous ceux qui ont contribué à écrire cette belle page de lhistoire de Spie Batignolles”, conclut Pedro Fonseca, Directeur du projet Spie batignolles génie civil entre 2014 et 2018.

 

Crédit : Christophe Huret / EDF

 

Ce chantier colossal aura demandé beaucoup de temps, près de dix années avant l’inauguration des installations et autour de 400 millions d’euros d’investissement.
Plus de 300 collaborateurs du groupe ont été mobilisés durant cette période, avec un cumul de 1,3 millions d’heures travaillées.
Aujourd’hui, une équipe d’une vingtaine de techniciens et d’ingénieurs d’EDF Hydro-Alpes exploitent le site de la Romanche-Gavet et en assurent la maintenance.

 

 

Une solution intégrée dans son environnement

Crédit : Christophe Huret / EDF

 

Pour construire cette nouvelle centrale, il a fallu prendre en compte de nombreux aspects, et notamment celui de son territoire pour ne pas le dénaturer.
La vallée de la Moyenne Romanche, lieu prévu pour cette construction, est très étroite et ne mesure que quelques centaines de mètres à certains endroits.
Une construction extérieure était donc inenvisageable, au risque d’empiéter fortement sur les espaces de vie des riverains. 

La solution retenue a donc été de construire la majeure partie de cette nouvelle centrale de manière souterraine et donc creuser sous le massif de Belledonne.

À la surface, on retrouve donc uniquement le barrage ainsi que les ouvrages de restitution de l’eau.

 

Crédit : EDF

Pour les faire s’intégrer davantage avec le paysage, ces installations ont été réalisées avec une faible hauteur et sont bardées de bois qui se patinera avec le temps pour être en adéquation avec le paysage rocheux de la montagne.

Pour intégrer encore mieux la centrale dans son environnement, EDF a décidé de renaturer les berges.
Après la construction du barrage, ses berges ont été renaturées avec la plantation despèces locales cueillies dans un rayon de 25 km autour du barrage afin d’éviter la prolifération de plantes invasives.” explique l’énergéticien dans son communiqué.

Au niveau du barrage, on retrouve une passe à poissons, un dispositif permettant aux poissons de franchir un obstacle créé par l’Homme sur un cours d’eau, permettant aux poissons de la Romanche de passer entre Gavet et Venosc via Bourg d’Oisons.

Des mesures compensatoires ont également été mises en place en complément, comme la mise en gestion conservatoire de la biodiversité de 57 hectares pour une durée de 15 ans.

 

 

Une production d’électricité augmentée

 

Cette nouvelle centrale devrait permettre la production de 40% d’électricité en plus sur ce même tronçon de rivière.
La centrale est équipée de deux groupes Francis avec une puissance maximale de 97 MW. Avec un puits de chute blindé d’une hauteur de 180 mètres situé entre le barrage et les turbines, la chute d’eau permet de faire tourner chaque rotor de 92 tonnes à la vitesse de 500 tours/minute.

La production annuelle moyenne de cette nouvelle centrale est estimée à 560 millions de kWh, soit l’équivalent de la consommation résidentielle des habitants de Grenoble et de Chambéry cumulées, soit 230 000 habitants.

 

 

Une seule et unique centrale

 

Plusieurs centrales hydroélectriques ont déjà été construites dans la région et notamment dans ce tronçon de la basse vallée de la Romanche.
En effet, cet endroit possède un fort potentiel énergétique grâce à une chute naturelle de près de 300 mètres emprunté par la rivière.
Jusqu’ici on comptait six centrales et cinq garages mis en service entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle.

Mais ce projet a permis de remplacer ces anciens aménagements au profit d’une seule et unique centrale.
Les anciennes installations seront progressivement déconstruites d’ici 2024, à l’exception de la centrale des Vernes, mise en service en 1918 et classée Monument historique depuis 1994.
L’ensemble de ces sites seront également renaturés et végétalisés pour permettre de redonner à la vallée un aspect plus naturel et laisser place au déploiement de nouveaux usages.

 

Le plus grand chantier hydraulique de France aura demandé beaucoup d’énergie pour être finalisé et pour tenir ses promesses dalimenter en énergie les habitants de Grenoble et de Chambéry.

Avec cette nouvelle réalisation, EDF estime être capable de réaliser d’autres investissements importants en France pour développer le parc hydraulique.
Il y a plusieurs gigawatts de capacités hydrauliques qui sont parfaitement accessibles à notre pays à l’horizon d’une quinzaine d’années”, affirme Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF, qui a émis le souhait que le secteur puisse également bénéficier du plan de relance.
Mais pour ce faire, le contentieux entre la Commission européenne et la France sur la mise en concurrence des concessions hydroélectriques d’EDF, suite à une directive de 2014, devra être clarifié avant de pouvoir avancer sur cette voie…

 

 

 

Prêt.e à rejoindre la Ruche ?
Cliquez-ici