« Al Boraq » : le premier TGV africain entrera en service au Maroc fin 2018 !

 

La première ligne à grande vitesse (LGV) d’Afrique entrera prochainement en service au Maroc.

Le TGV marocain, financé pour moitié par la France, a été baptisé « Al Boraq » par le Roi Mohammed VI, en référence au cheval ailé de la mythologie (Pégase en français), évoquant « la rapidité et le voyage ».

Dans un communiqué, l’Office National des Chemins de Fer (ONCF) a indiqué qu’il serait lancé au dernier trimestre 2018.

Retour sur ce projet titanesque dans notre article.

 

 

Un projet initié il y a plus de 10 ans pour relier Tanger à Casablanca en deux heures !

 

Cela fait maintenant plus de 10 ans, et la signature d’un premier protocole d’accord en 2007, que ce projet est sur les rails.

Les travaux ont réellement été lancés en 2011 par Mohammed VI et Nicolas Sarkozy (Président de la République à l’époque). C’est le premier du genre à entrer en service sur le continent Africain.

En effet, bien qu’une ligne de type « rapide » ait déjà vu le jour en Afrique du Sud, cette dernière ne permet pas de dépasser la barre symbolique des 250km/h, condition sine qua non pour rentrer dans la catégorie des TGV (Train à Grande Vitesse).

Le projet, dont le coût total est de près de 23 milliards de dirhams (soit environ 2 milliards d’euros) a été financé pour moitié par la France et constitue le premier maillon du projet marocain de LGV dont l’objectif est de doter le pays de 1500km de rails à grande vitesse à l’horizon 2030.

Pour le moment, la première ligne permettra de relier Casablanca, pôle économique du pays à Tanger, pôle maritime, en passant par Rabat, la capitale du pays, en à peine plus de deux heures, contre cinq actuellement.

 

Un atout économique et vecteur d’emploi pour le Maroc

 

Outre les atouts économiques évidents pour le pays, en réduisant considérablement les temps de trajets et de transports, que ce soit des personnes ou des marchandises, le TGV marocain représente aussi un véritable vecteur d’emploi pour le pays.

En effet, ce projet, qui a nécessité la pose de 700 000 traverses, 1600 tonnes de ballast, 7400 poteaux caténaires a également permis la construction de pas moins de 12 viaducs et de 169 ponts-routes ! À cela s’ajoute également la construction des nouvelles gares de la LGV de Tanger, Kenitra, de Rabat-Agdal et de Casa-Voyageurs et de tous les emplois nécessaires à leur bon fonctionnement.

 

 

Mise en service au dernier trimestre 2018 !

 

En mai dernier, un test du TGV marocain a permis de relier les villes de Kenitra et Tanger en établissent un record de vitesse à 357 km/h, un record absolu en Afrique.

L’ONCF a annoncé récemment dans un communiqué que depuis le 19 juin dernier : « le projet est entré en phase de pré-exploitation et de rodage de l’ensemble du système afin qu’il soit éprouvé aux conditions réelles d’exploitation avec des marches à blanc. Cette étape, indispensable dans le processus d’homologation de toute Ligne à Grande vitesse, permet de se confronter concrètement aux éventuelles anomalies pouvant être observées et de les traiter ».

 

De son côté, l’offre commerciale est « en cours de finalisation en vue de l’entrée en exploitation commerciale du projet au dernier trimestre 2018 », précise l’ONCF.

À terme, le chemin de fer marocain table sur 6 millions de voyageurs par an après trois ans d’exploitation, soit deux fois plus qu’avec les infrastructures ferroviaires actuelles.

 

 

 

Un concours pour le logo d’Al Boraq

 

L’Office National des Chemins de Fer marocains a également lancé un concours pour la conception du logo du TGV Al Boraq.

L’office a précisé que ce concours est «ouvert à toute personne créative pouvant et désirant apporter son empreinte à un projet fait par et pour les Marocains».

Depuis le 16 juillet dernier, toutes les informations nécessaires pour participer au concours sont disponibles sur le site dédié (www.alboraq.co.ma) et la date limite de dépôt des propositions est fixée à la fin du mois, soit le 31 Juillet 2018.

 

 

 

Prêt.e à rejoindre la Ruche ?
Cliquez-ici

By |2018-07-19T13:34:49+00:00juillet 19th, 2018|Actualités|0 Comments

About the Author: